Depuis Bruxelles, le 28 août 2016

La messagerie instantanée Telegram, feuilleton estival

Messageries instantanées

La messagerie instantanée Telegram nous a occupés une bonne partie de l’été. Quel que soit l’avis de chacun sur cette question, voici quelques précisions (et un avis tout à fait personnel).

Une messagerie instantanée se distingue d’un service de courrier électronique en ce qu’elle permet des échanges de messages sans délai : Facebook Messenger, WhatsApp, Messages (sur iOS), Signal ou encore Telegram sont toutes des messageries instantanées.

Certaines sont plus sécurisées que d’autres, l’accès aux données étant mieux protégé, grâce, entre autres, au chiffrement. C’est ce qui est reproché à Telegram, depuis la découverte d’échanges « cryptés » entretenus par l’un des assassins de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Le propos ici n’étant pas de commenter les analyses faites dans la presse autour de la notion de chiffrement, je vous invite à lire ces articles très instructifs :

Cela dit, qu’est-ce que Telegram et ses concurrentes nous apportent à nous ?

Vous aurez sans doute remarqué à la lecture du troisième article cité que Telegram serait loin d’être le château-fort qu’il prétend être, contrairement à ce qu’en dit cet article de Numerama relayé sur ce blog en mai 2016.

Pour ma part, il m’importe moins de savoir si mes conversations sont bien protégées des intrusions et des regards indiscrets que de m’assurer que le fournisseur qui me fait gracieusement une place sur sa plateforme ne fait pas mauvais usage de mes données.

Le fait que WhatsApp, par exemple, me montre tous mes contacts possédant un compte chez lui et, parmi eux, tous les contacts actifs à chaque moment ne m’emballe pas, sachant qu’à leur tour mes contacts en voient autant sur moi.

WhatsApp explique – c’est tout récent – comment empêcher le partage de son numéro de téléphone avec Facebook. Étant donné que Facebook a racheté WhatsApp en 2014, le doute est permis.

Messenger, quant à lui, ne demande aucune autorisation et s’introduit dans notre carnet d’adresses d’autorité.

À l’inverse, Telegram permet à l’utilisateur de lui refuser l’accès à ses contacts. Dans ce cas, celui-ci pourra chercher des contacts potentiels au sein de la plateforme.

Le fait que Facebook, ou n’importe quel fournisseur, sache (et ceci est une fiction) que parmi mes contacts on trouve un cardiologue, une nutritionniste, deux chirurgiens et deux hôpitaux est un motif d’inquiétude.

En revanche, que quelqu’un se joue de la sécurité et du chiffrement de Telegram pour apprendre que j’ai adoré le film Interstellar ou que le cousin Georges-Edouard a trompé Sylvie pendant les vacances… à défaut de plus amples informations, ces indiscrétions ne portent pas à conséquence.

Cela dit, l’idéal est de combiner les deux : sécurité et confidentialité. Pour cela, on peut regarder du côté de Signal.

Telegram

Envie d'en savoir plus?

Les ateliers connectés.be sont des espaces de cours à mi-chemin entre les cours particuliers, dont la matière est dictée par l’élève, et les cours collectifs, qui suivent un déroulement prédéfini autour d’une matière relativement vaste. Dans le cadre des ateliers, le scénario de cours, consacré à un sujet circonscrit, se démultiplie en autant d’élèves présents autour de la table tout en favorisant l’échange.

© Connectés.be 2020

Powered by WordPress & 56k