Cookies et gâteaux de données

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) était censé secouer le cocotier et obliger les éditeurs de sites à lever le pied sur la quantité de données récoltées au fil de notre navigation.

Dans les faits, ils se sont contentés d’un

Oui, j’accepte de vous fournir toutes les données que vous souhaitez ou Je quitte votre site

C’est le cas du site de la Police fédérale.

D’autres, plus facétieux, s’exécutent tout en posant un nombre de questions si invraisemblable que l’internaute perd tout espoir d’arriver un jour à lire l’article qui avait attiré son attention.

Le site de vulgarisation Futura est un exemple de démarche honnête et simple : une poignée d’options à désactiver si on le souhaite, sans autres complications.

(En bonus, un article sur la prouesse d’une intelligence artificielle capable de traduire à une vitesse forcément inhumaine.)

Si vous souhaitez en savoir plus : RGPD : quand ne pas donner son consentement ressemble au parcours du combattant

Cookies